Formation continue au Sénégal

La formation continue va de l'autoformation à l'aide de littérature scientifique jusqu'à des formes d'apprentissage institutionnalisées comme, par exemple, des cours de formation continue. Cette dernière peut donc se réaliser aussi hors des activités de prestataires de formation.

S’il faut le dire clairement

L’éducation et la formation ont, de tout temps, été des enjeux majeurs pour la Société. Le contexte mondial actuel, marqué par de profondes mutations socio-économiques, pousse ainsi de plus en plus les Etats à adapter leurs systèmes éducatifs aux objectifs et priorités majeurs que la communauté internationale s’est fixés à l’horizon 2015. 

Selon Congrès International sur l’enseignement Technique et la formation Professionnelle tenue au Seoul, il faut :

  • Mettre sur le marché du travail des ressources humaines qualifiées correspondant aux besoins du secteur productif et de service, et permettant au développement de l’industrie ainsi que la modernisation du secteur primaire ;
  • Promouvoir le savoir agir, l'employabilité et la créativité chez les  jeunes et les préparer à devenir des acteurs performants dans le contexte de la mondialisation.

Considéré comme partie intégrante de l’Education Pour Tous (EPT), le sous-secteur de l’Enseignement et de la Formation Techniques et Professionnelles (EFTP) est désormais inscrit comme priorité au niveau du continent africain par les institutions gouvernementales et internationales.

 

Quant est-il donc du cas de la république du Sénégal ?

Du 31 Mars au 02 Avril 2001, se tenaient au CICES, sous la présidence effective du Chef de l’Etat, Son Excellence Maître Abdoulaye WADE, les premières assises sur l’Enseignement Technique et la Formation Professionnelle (ETFP). Ainsi sur la même lancée, il existe le secteur de la formation qui concerne ceux qui sont rentrés dans la vie active et ont donc quitté la formation initiale (les études classiques). Les connaissances et les compétences acquises doivent être renouvelées, approfondies ou élargies. Il est donc nécessaire d'acquérir de nouvelles connaissances et compétences d’où le concept Formation continue ou complémentaire.

Que peut-ton dire donc de la formation continue ?

La formation continue est une obligation légale depuis 1971.

Elle a pour but d'assurer aux salariés, employés ou demandeurs d'emploi, une formation destinée à conforter, améliorer ou acquérir des connaissances professionnelles.

Autrement dit, elle est la poursuite ou la reprise d'un processus de formation structuré à l'issue d'une première phase de formation à l'école, à l'université ou dans le cadre de l'activité professionnelle.

La formation continue va de l'autoformation à l'aide de littérature scientifique jusqu'à des formes d'apprentissage institutionnalisées comme, par exemple, des cours de formation continue. Cette dernière peut donc se réaliser aussi hors des activités de prestataires de formation, par exemple dans le cadre d'un apprentissage informel sur la place de travail, des loisirs ou d'activités sociales ou culturelles.

 

Pourquoi opter donc pour une Formation Continue au Sénégal ?

Au Sénégal, l’analyse des résultats de recherches sur le marché de l’emploi révèle une plus grande facilité des sortants du secteur de l’EFTP  à trouver un emploi, comparativement à ceux qui sont passés par l’enseignement supérieur. Cette inégalité des chances d’accéder à un emploi entre les produits de l’EFPT et ceux de l’Enseignement supérieur, pose un problème d’efficacité externe. De ce point de vue, nous affirmons avec aisance que l’étude de techniques et de sciences connexes et l’acquisition de compétences pratiques, de savoir-faire, d’attitudes et d’éléments de compréhension en rapport avec les professions pouvant s’exercer dans les différents secteurs de la vie économique et sociale à travers une formation continue permet d’obtenir un diplôme ouvrant les portes à une qualification plus élevée et des perspectives de promotion.

 

Les Structures de la Formation Continue

Il est impérieux d’évaluer la place actuelle de la Formation Professionnelle Continue dans le droit social sénégalais pour voir si elle est susceptible de favoriser son développement. Le réseau de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle (ETFP) est composé de deux types de structures.

 Il y a ainsi des structures publiques, placées sous la tutelle du Ministère de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle(METFP) et les établissements privés, disposant d’un arrêté d’ouverture et de fonctionnement délivré par le METFP. Selon METFP (2010), le sous-secteur de la formation professionnelle compte 213 structures en 2010. Parmi ces établissements, 70 sont publics (33%) et 143 relèvent du privés (67%).

 

Toutefois il existe des disparités entre région existent évidemment dans la répartition des structures de l’ETFP, car les établissements sont concentrés sur l’axe Dakar/St-Louis, tandis que les académies de Ziguinchor et Kaolack sont peu pourvues.

 

Par ailleurs, sur les 213 structures d’ETFP que compte le Sénégal, 208 établissements (soit 98%) sont en milieu urbain contre 5 établissements, soit 2% qui sont en zone rurale. Ces formations sont spécialement conçues pour des professionnels déjà en activité qui ont besoin de parfaire leurs connaissances ou d’améliorer leurs acquis de compétences.

Elles sont destinées aussi bien aux agents du service public qu’à ceux exerçant dans le privé et nécessitent éventuellement un certain apport financier.

 

Quelle relation existe entre formation continue et emploi au Sénégal ?

Au Sénégal, l’accès à un emploi semble ainsi lié à des critères de durée des études : c’est comme si les « études courtes » garantissaient l’insertion dans le marché de l’emploi plus facilement que les « études longues ».

Ce constat a été fait par UNESCO/Pôle de Dakar (2007), cette observation est encore corroborée par un autre constat comme quoi, « les difficultés d'insertion qui affectent les jeunes en Afrique concernent plus particulièrement les plus diplômés » (UNESCO/BREDA, 2007, p.42).

La formation continue contribue donc à la diversification des sources de financement et à la valorisation de l’ETFP à travers la fonction service et l’ouverture rapide sur le milieu professionnel. L’option politique retenue concernant l’Enseignement Technique et la Formation Professionnelle est, selon METFP (2006), de passer d’une logique sociale de recyclage des déperditions du système éducatif à une logique économique d’adaptation aux besoins du marché. Pour ce faire, de nouvelles démarches pédagogiques, comme l’Approche Par les Compétences (APC), sont mises en branle.

 

Quelle perspectives donc pour la formation continue ?

La formation continue a été pendant longtemps pratiquée au sein du Centre National de Cours Professionnel Industriel et Commercial (CNCPIC) du Sénégal, qui a beaucoup œuvré pour le perfectionnement d’agents en activité. Aujourd’hui, elle est devenue marginale, l’essentiel de cette fonction étant  assurée par l’Office National de Formation Professionnelle (ONFP) du Sénégal à travers le Fonds de Développement de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle (FONDEF).

Toutefois, son importance est de mieux en mieux perçue par les acteurs.

C’est ainsi que certains projets ou structures ont mis en exergue toute la place que doit occuper la formation continue dans le dispositif.

 

Autres ressources utiles pour votre carrière :

Complétez le sondage sur votre salaire et gagnez un salaire minimum.

loading...
Loading...