La Formation Professionnelle au Niger

C’est par une formation de qualité que les salariés peuvent acquérir et surtout maintenir une compétence à un niveau tel qu’elle leur permet de garantir l’exercice de leur métier, en sachant s’adapter aux situations nouvelles.

Le contexte général lié à la formation professionnelle et à l’emploi  au Niger laisse entrevoir que le pays est confronté au défi de la valorisation des ressources humaines compte tenu de l'inadéquation formation/emploi au regard du caractère trop général du système d'enseignement. Cependant, force est de constater que le Niger se tourne aujourd'hui vers une formation de plus en plus professionnalisée répondant effectivement aux besoins d'une économie dominée par l'existence d'un secteur informel. Cela va sans dire que c’est par une formation de qualité que les salariés peuvent acquérir et surtout maintenir une compétence à un niveau tel qu’elle leur permet de garantir l’exercice de leur métier, en sachant s’adapter aux situations nouvelles. Il est donc clair que les dividendes de la formation se partagent entre le travailleur formé et l’entreprise qui l’emploie puisqu’elle est un acte volontaire qui vise l’enrichissement professionnel individuel du salarié, ainsi que l’amélioration de l’efficacité de l’entreprise. 

 

Qu’est-ce qui différencie la formation professionnelle de la formation professionnelle continue ?

La formation professionnelle est perçue comme un ensemble des activités visant à permettre d'acquérir les capacités pratiques, les connaissances et les attitudes requises pour occuper un emploi relevant d'une profession, ou d'un groupe de professions, dans une branche de l'activité économique ; alors qu’une formation continue désigne toute formation professionnelle entreprise par un travailleur tout au long de sa vie active.  Cette dernière a pour objet d’adapter les travailleurs aux changements des techniques et des conditions de travail et de favoriser leur promotion sociale et leur accès aux différents niveaux de qualification.

 

Quels sont les bénéficiaires de ladite formation ?

Légalement parlant, la formation professionnelle est un droit pour tout employé. Elle comprend la formation initiale en vue de l’acquisition d’une qualification et d’un premier emploi et la formation professionnelle continue.

L’État, les collectivités territoriales, les établissements publics et privés, les associations, les organisations professionnelles ainsi que les entreprises concourent à assurer la formation professionnelle dans des conditions fixées par voie réglementaire (Art. 24, alinéas 2 et 3 de la loi N° 2012-45 du 25 septembre 2012 portant Code du travail de la République du Niger).

Autrement dit, tout travailleur  a le droit et le devoir au cours de sa carrière, d'améliorer et de compléter sa formation professionnelle, soit par la voie du perfectionnement, soit par la voie de la formation en cours d'emploi, soit par la voie de la spécialisation.

 

Quel est l’objet de la formation professionnelle ?

D’une manière générale, la formation professionnelle a pour objet d’adapter les employés aux changements des techniques, des conditions de travail et de favoriser l’accès aux différents niveaux de qualification. De ce fait, elle doit permettre à l’employé ou au fonctionnaire d’exercer son activité dans les meilleures conditions de compétence et d’efficacité pour satisfaire les besoins de l’établissement et de la clientèle (article 15 de la Convention  Collective des  Banques & Etablissements Financiers du Niger), ou pour satisfaire les besoins de l’administration et des usagers(Article 104 de la LOI N° 2007-26/ du 23 juillet 2007 portant Statut Général de la Fonction Publique de l’Etat).

 

A qui incombe l’organisation de la formation ?

La tâche revient à l’employeur de décider chaque année de l’opportunité ou non, des formations nécessaires selon les besoins réels de l’Etablissement ou services contenus dans un plan de formation ; les candidats à ces formations peuvent être désignés par le Chef d’Entreprise ou désignés sur concours. Les frais de formation sont entièrement à la charge de l’employeur.

Toutefois, la mise en formation est soumise à l’engagement de l’employé de rester en activité dans l’entreprise à l’issue des études ou du stage au minimum pendant une durée égale à :

  • trois (3) ans, si la formation n’excède pas neuf (9) mois ;
  • cinq (5) ans, si la formation excède neuf (9) mois.

Sauf accord, le non respect de l’engagement entraîne pour l’employé le remboursement des frais engagés (Convention Collective des Banques & Etablissements Financiers du Niger).

Au niveau national, un dispositif de formation professionnelle continue a été créé par la loi n° 98-12 du 1er juin 1998, portant orientation du système éducatif nigérien, et comporte notamment deux organes essentiels dont :

  • L’Office National de la Formation Professionnelle (ONAFOP), organisme tripartite (Etat, employeurs, employés) chargé du pilotage de la politique nationale en matière d’apprentissage, d’enseignement technique, de formation et de perfectionnement professionnels des travailleurs en activité (article 63).
  • Le Fonds National pour l’Apprentissage, l’Enseignement Technique, la Formation et le Perfectionnement Professionnels qui est géré par l’Office.

 

Quels sont les centres de formation professionnelle au Niger ?

On distingue d’abord ceux relevant du secteur public et puis, ceux du secteur privé.

Pour les centres publics de formation, ils sont de 6 sortes :

- Les centres de Formation en développement Communautaire (CFDC) au nombre de 74. Les CFDC préparent au Certificat de Qualification professionnelle (CQP);

- 2 centres de Formation Professionnelle préparant les élèves pour l’obtention du Certificat d’Aptitude Professionnelle (CAP).

- 10 Centres de Formation Professionnelle et Technique (CFPT) régionaux préparent au Brevet d’Études Professionnelle (BEP).

- 3 Lycées Technologiques préparant au BAC Technologique.

- 5 Lycées Professionnels préparant au Bac Pro.

- 3 I.U.T préparant au BTS et Licence Professionnelle.

Tous ces centres forment dans deux grands groupes de filières: le tertiaire et l’industrie. Ils totalisent plus de 8000 apprenants et étudiants.

 

S’agissant des centres privés de formation professionnelle, ceux-ci constituent l’essentiel

de l’offre éducative malgré quelques manquements au plan réglementaire, des ressources et des infrastructures (80 établissements totalisant plus de 8000 élèves et étudiants dont 47 à Niamey).

Les filières sont très diversifiées: maintenance/électronique/comptabilité/ commerce/ transit douane, hôtellerie tourisme, etc.

 

Autres ressources utiles pour votre carrière :

Complétez le sondage sur votre salaire et gagnez un salaire minimum.

loading...
 
 
 
Loading...